sca0440_1_

Merci Monsieur Inter NET ...

Qui permet de (re)trouver des amitiés perdues, égarées ... des années lumière après la séparation (la séparation, pas la rupture- c'est pas une histoire d'amour, non plus ! Et puis les histoires d'amour, ça finit mal , en général) ...

Un petit bruit dans mes oreilles. Elles siffleraient déjà ? Et 3 fois en plus ! "Mais, quelle cruche cette Marie-Floraline, pas besoin de Monsieur Inter NET, les annuaires étaient là bien avant !".

    Stop à l'ironie facile ! Que oui, que même que je les connais ces Bottins qui serv(ai)ent de siège rehausseur pour les petits gabarits, d'ustensiles de gym pour devenir la top (modèle) du moment (osez dire que vous n'avez jamais défilé dans votre chambre, sur la pointe du gros orteil, l'annuaire sur la tête ? Osez le dire).
Des dizaines de petites corréziennes en ont voulu à mort à leurs copines parisiennes. Dame, l'épaisseur du bouquin n'étant point la même partout,  l'exercice se révélait moins efficace à Meymac qu'à Paris...
Par la suite, l'ère Minitel les a réconciliées. Mais, bonjour les torticolis ...

Digression, digression ... à trop vouloir expliquer, on s'égare ... l'annuaire existe, OK. Mais, vous êtes partants pour tenter de trouver un xxx  dans toutes les villes d'un département ? (surtout que c'est pas en Corrèze)
Alors qu'un petit pianotement :  xxx dans le xx  et ...

1) dans le pire des cas... il n'y a pas d'abonnés et bla bla bla ... mais, Monsieur Inter Net, aidé de son immense générosité, vous propose une orthographe approchante (ben oui, peut-être que votre connaissance ne s'appelle plus TRUC mais TROC ou de TRUC ou Saint TRUC ou même, de Saint TRUC - le changement de patronyme se fait beaucoup dans le cas de la protection des témoins)...

2) dans le meilleur des cas ... MON cas (la veine, c'est que pour la canaille)

j'ai trouvé ... j'ai retrouvé l'amie d'enfance, d'adolescence, de jeunesse de ma petite Mère.
Pas évident de jouer les Jacques Pradel mais, comme j'étais une fan de son émission "Perdu de vue" (on ne se moque pas), j'ai appris la façon de se présenter pour ne pas se faire raccrocher au nez ...

45 ans de silence, 45 années de " j'aimerais bien savoir ce qu'elle est devenue, elle est peut-être morte ou et enterrée ou divorcée, partie avec un amant, menant grand train aux îles Machin ..."

Léger pincement au coeur, déception : une enquête si courte laisse un peu un goût d'inachevé (vous êtes certaine que c'est Vous ? Parce qu'on en connaît des usurpatrices qui se damneraient pour être l'Amie chérie de la mère de Marie-Floraline) ...
... pas de vie rocambolesque, pas de roman feuilleton (même si de nombreux déménagements ont certainement rendu plus délicates les recherches antérieures)  :  ELLE vit à 135 kilomètres ( ! ) (dixit Ma PPY, ma bonne copine à moi) de son ancienne et futureGrande Meilleure Amie et aimerait tant la revoir pour (re)faire le monde ... (la rencontre est projetée, ma petite Maman, mais tu ne le sais pas
encore ...)

Et puis, savez-vous ce qui est le plus touchant dans cette petite belle histoire ? ... c'est que, quel que soit l'âge de deux personnes, quelle que soit la durée de leur séparation ... un(e) AMI(E) d'enfance, ça se tutoie d'office (et pourtant, Marie-Floraline's mother n'a pas le tutoiement facile)...

P1010579

La LILI de MADO ou L'Amie, un beau jour de 1947...

200_4___Copie