Marie-Floraline

jeudi 23 octobre 2014

Supercalifragilisticexpialidocious...

poppins

Mon oeil semble décider à me laisser approcher l'écran. Ou alors, c'est que je le méprise et parvient à ignorer ses manifestations vachardes.
J'ai abandonné un certain moment le monde de la blogosphère -lisant juste quelques billets de-ci de-là et un peu cahin-caha- sans en éprouver le moindre manque. L'addiction était moins grave que je ne le craignais. Je reviens de loin.
Certaines amies de plume ont jeté l'éponge ou semblent à deux petits doigts de le faire et cette constatation me désole au plus haut point. J'ouvre donc une lettre de doléances et supplie les coupables de stopper ce sabordage.

Sinon... je suis comblée (déjà dit) : j'ai mon amour de petite Belge à la maison pour une dizaine de jours. Sans les parents partis arpenter la Grosse Pomme. Cerise sur le gâteau : ma grande petite-fille, ma Nanabelle d'amour (renvoi d'ascenseur : je suis "sa Mamie d'amour" -dixit la belle enfant-) est venue retrouver sa cousine une courte journée. Nous sommes allées magasiner toutes les trois en amoureuses.
La dame qui conduisait la poussette d'une main et tenait fermement (sait-on jamais, qu'on veuille me la faucher) une jolie Belette de l'autre, avait tout du Ravi de la crèche et s'en battait l'oeil (le mauvais, bien évidemment), faisant ainsi d'une pierre, deux coups. C'est simple souvent le bonheur.
Mes jours et mes nuits (je mens honteusement : Camille "fait" des nuits de 13 heures) ressemblent étrangement à ceux de ma nounou anglaise préférée, à la différence que je ne possède aucun talent surnaturel. Je travaille en amateur. Mais dans amateur, il y a "aimer"...
Nous raccompagnons notre trésor dans ses foyers la semaine prochaine. La déprime risque fort de me gagner (très très fort). C'est alors que j'aurai besoin du soutien actif de mes copines de plume.
On se dit rendez-vous dans 10 jours ?

P1030595___Copie

Posté par Marie-Floraline à 20:42 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


vendredi 17 octobre 2014

1 an !

P1030591

Ma petite fille modèle a 1 an aujourd'hui...
Pour elle, je fais fi de mon oeil fainéant et j'ose un court billet.
Joyeux anniversaire ma jolie Titounette, ma gracieuse princesse, mon petit vif-argent..
Dix jours avec toi, ça va être du sport mais j'ai hâte :-).
Je suis comblée...

Posté par Marie-Floraline à 16:49 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

samedi 27 septembre 2014

Pause obligée...

De gros problèmes oculaires me tiennent éloignée de mon écran pour une durée... ???
Je n'oublie cependant pas mes fidèles et j'espère pouvoir leur rendre visite et commenter leurs billets rapidement.
En attendant, je vous ai à ...

coloriage_oeil

 

Posté par Marie-Floraline à 19:56 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

jeudi 11 septembre 2014

Sépia ...

 

P1020444

J'ai longtemps écrit des textes en rapport avec mon enfance.
Les lieux, les personnes, les parfums... tout ce qui m'ôtait quelques 50 années de vie m'inspirait.
Je suis consciente que cette nostalgie peut lasser. Chacun a la sienne et celle du voisin au mieux indiffère au pire, ennuie. S'attendrir sur les jeunes années d'un inconnu n'est pas du goût de tous. Alors, nouveau grade aidant (mamie pour les non initiés), j'ai trempé ma plume dans un autre encrier. J'ai laissé de côté la fillette des années 60.
Mais c'est une obstinée cette gamine. Tout récemment et certainement pas par hasard -obstinée, vous dis-je-, j'ai découvert d'autres blogs. Des blogs qui pourraient être le mien, le plus souvent rédigés par de quasi jumelles astrales : ceci explique cela. Chemin faisant, j'ai retrouvé ces souvenirs d'une époque révolue où tout n'était peut-être pas aussi simple qu'il nous plait de le croire. La mémoire est trompeuse et nous restitue souvent ce que nous souhaiterions avoir vécu.
La blogueuse à laquelle je pense (et qui se reconnaîtra peut-être -encore faudrait-il qu'elle passe-) a écrit un fort joli texte inspiré par une photo familiale. Une de ces photos de vacances prises par un officiant du dimanche, maladroit, pressé, agacé par le vent qui décoiffe, le gamin qui se cure le nez et le cousin un peu trop gai qui chatouille sa voisine de pose.
J'ai eu envie de l'imiter. La photo n'est pas très nette. C'est un instantané pas un cliché d'art et le photographe était pressé de rejoindre l'assemblée.

C'est dimanche, ou alors un jour férié et carillonné d'été. Il fait beau, très beau, même. Nos tenues et nos yeux plissés face à l'objectif en témoignent. Je suis assise devant, sur un de ces fameux bancs que l'on ne trouvait que dans les salles communes de nos campagnes. Étroits, un peu bancals, le bois rugueux dans lequel ils avaient été taillés, gratifiaient nos cuisses d'échardes cruelles et niquaient les bas nylon des femmes des villes.
Je ris, la main sur la bouche, à côté de ma cousine récemment édentée. J'ai dû concocter une niche ou j'ai en tête une réflexion, une blague, une taquinerie qui amusera quelque temps la galerie. C'est ainsi : j'ai le boyau de la rigolade perpétuellement en mouvement. Petite fille solaire avide de bonheur. J'ai 5 ans et je sais que c'est vrai...
Ma grand-tante Mathilde a gardé sa coiffe. Son petit visage menu peine à montrer sa joie. Ne jamais trop se réjouir devait être son credo. Je ne crois pas avoir jamais entendu son rire. Ou alors juste un petit roucoulement discret, un chuintement vite réprimé. En face d'elle, sa fille qui sourit. Heureuse jeune maman... Et puis il y a Jean, François, Marie-Josèphe, François (!), Alban, Marie-Thérèse...
Sur la gauche de la photo, ma grand-mère et mon petit frère dûment chapeauté. Le soleil breton est traître...
Angèle est devenue une presque Parisienne qui ne revient au pays que le temps de longues vacances avec ses enfants et petits-enfants. Une dissidente. L'absence de coiffe, la robe claire à manches courtes et les sandales légères témoignent de son changement de statut.

C'était en août 61. Sur les 12 figurants, 7 ont disparu...  

Posté par Marie-Floraline à 15:42 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

mercredi 10 septembre 2014

10 mois...

photodebout___Copie

Bientôt 11 mois et déjà prête à s'élancer..
Elle grandit (trop ?) vite ma petite fille modèle. Toujours gaie, souriante et facile à vivre :-). Bien campée sur ses petites jambes qu'elle a fort jolies, le dos heureusement plus droit que celui de sa grand-mère... les premiers pas ne sont pas loin.

Posté par Marie-Floraline à 09:55 - - Commentaires [21] - Permalien [#]



mardi 9 septembre 2014

Comme un I...

xaie_jai_mal_dos_L_nHio1k

Pas encore complètement redressée mais ce n'est qu'une question de patience. Et puis, on ne peut pas faire du neuf avec du vieux, tout au plus rafraîchir et essayer de maintenir un tant soit peu de mobilité. Quelques gouttes d'huile dans les rouages et mon tacot va reprendre la route.
L'ostéopathie est un art merveilleux et ses (bons) interprètes de merveilleux artistes.
Il faut, cependant, avouer que j'avais préparé le terrain et aidé l'homme de l'art. En glissant d'un pas (et d'un -seul- pied) léger une serpillière sur le carrelage de ma cuisine, j'ai commencé à remettre, non pas les pendules à l'heure, mais le bassin dans son axe. Il ne restait plus qu'à peaufiner le travail. Qui a dit que les travaux ménagers bousillaient la santé ?

Je remercie celles qui se sont gentiment inquiétées de mon état de santé. J'ai tenté de vous répondre via ma boîte mail. Canalblog m'a joué un vilain tour en ne me permettant pas de lire les commentaires affichés sous le billet concerné. J'en voyais le nombre mais impossible d'ouvrir la page... Les plaisanteries les plus courtes étant les meilleures, j'ose espérer que ce problème ne se renouvellera pas.

Posté par Marie-Floraline à 08:45 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

dimanche 7 septembre 2014

Le lundi, c'est...

775418914

Demain, ostéo... :-(
image empruntée sur le Net (et me correspondant si bien :-( )

Posté par Marie-Floraline à 19:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

jeudi 28 août 2014

Vie de chien...

P1030530

 

Posté par Marie-Floraline à 09:40 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

lundi 25 août 2014

Petite laine...

P1030518

Les desiderata de chacune ont été respectés : la maman souhaitait du gris, sa fille : "du rose et des boutons-fleur roses". Ne reste plus qu'à attendre les frimas... Aucune inquiétude, cette année ils semblent plus que pressés d'arriver :-(

P1030524

 

Posté par Marie-Floraline à 19:14 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

mercredi 20 août 2014

Donnez nous notre bon pain quotidien...

Cure de poissons, balades iodées, vent qui décoiffe, soleil (point trop, des fois qu'on y prenne goût), températures revigorantes, orages violents.
Et puis, repos, repos, repos.... J'ai aimé cette semaine en Normandie.

Sinon, toujours le même souci (!) pour alimenter ce blog. Non pas que les idées manquent mais elles s'emmêlent, s'entrechoquent, et aucune ne prend le pas sur l'autre, aucune n'est vraiment digne d'intérêt. Ce sentiment de déjà vu, déjà raconté, déjà montré et pas qu'une fois et pas que chez moi me lasse.
Les échappées belle qui ne sont belles que pour ceux qui les vivent, les copains, les restos, les brocantes, les gens sympas, les belles maisons... ça lasse un peu, non ?
Forte de cette opinion (qui n'engage que moi), j'ai décidé d'aborder un sujet qui nous concerne vraiment tous : le pain.
Avez-vous une bonne boulangerie près de chez vous ? Une bonne, une vraie boulangerie, tenue par un artisan amoureux de son métier. Pas un vulgaire dépôt de pain ou un revendeur à la petite semaine. Parce que, force est de constater qu'à l'heure des concours de tout poil, des combats de chefs, des classements nationaux, à une époque où on n'aime rien moins que de se comparer au voisin, afficher un titre pompeux bien en évidence dans sa vitrine, on oublie un peu le principal.
Je nourris (!) une passion dévorante pour le pain. La plus savoureuse des pâtisseries me plaît moins qu'un morceau de baguette fraîche ou une large tartine de campagne. Qui n'est pas entré dans une boulangerie tôt matin, lorsque la première fournée se présente en boutique ne connaît pas le bonheur.
L'an passé, en grande amoureuse de ce miraculeux assemblage farine/eau/levain, j'ai suivi l'émission "la meilleure boulangerie de France". Je connais l'établissement qui a remporté la palme (et je n'ai même pas assisté à cette consécration, honte sur moi) et je peux affirmer, qu'en effet, le pain est bon, très bon même.

Les amateurs de "vintage" seront ravis d'apprendre qu'à Paris dans les années 60/70, les boulangers n'avaient pas un éventail de pains aussi varié que maintenant. C'est ainsi qu'ils nous proposaient le Parisien, le bâtard, la baguette, la baguette moulée et la ficelle. Parfois, un artisan exilé et amoureux de sa région natale osait la miche de campagne. Parfois...
La baguette viennoise moelleuse et sucrée était réservée au goûter des enfants sages.
C'est ainsi que, dégoûtée par la classique baguette (ordinaire selon l'appellation officielle) devenue insipide et inconservable, j'ai jeté mon dévolu sur  la Tradition, celle dont l'appellation change selon le moulin qui fournit la farine. Grand siècle, Banette, Retrodor, 1900... Noms pompeux et baguette plus chère que sa soeur aînée (le prix de l'excellence ai-je lu dans un document).
Sa qualité n'est pas égale, loin s'en faut. Certaines -la majorité- ont la blancheur bidet et la texture éponge. La faute à ? À l'artisan qui ne prend plus le temps de travailler la pâte ? Aux clients qui sont si nombreux à réclamer une baguette bien blanche ?
Je suis d'un naturel hargneux. À une vendeuse qui me demandait si, à l'instar de la cliente précédente, je désirais également un pain couleur lavabo, j'ai répondu que les pâtons n'avaient pas ma faveur.
À Honfleur, j'ai testé la baguette Tradition du candidat "Normandie 2014". Excellente mais mon amour du bon pain ne me fait pas oublier les kilomètres : un peu loin pour en faire mon pain quotidien.
Je papillonne d'établissement en établissement. Je suis souvent déçue : telle boulangerie qui m'avait un jour enthousiasmée, ne produit pas un travail suivi.
Bien cuit ne veut pas dire croûte carbonisée et mie pâteuse.
Que les boulangers ne soient donc pas étonnés si de nombreux consommateurs leur font des infidélités et achètent, ô sacrilège, leur pain au centre commercial. Quant à faire d'acheter médiocre (je suis indulgente), autant que ce soit moins cher...

2108_FranceBaguette

dessin emprunté sur le net

Posté par Marie-Floraline à 17:46 - - Commentaires [25] - Permalien [#]



Fin »